2 raisons de se lancer en tant qu’entrepreneur, pour être Riche !

2 raisons de se lancer en tant qu’entrepreneur, pour être Riche !

L’esprit d’entreprise vous intéresse ? Peut-être hésitez-vous à créer votre propre entreprise. Vous trouverez dans cet article 2 raisons de vous lancer en tant qu’entrepreneur. Il est vrai que l’entrepreneuriat est un véritable défi, mais la réussite est possible grâce au Seigneur, mettez-le toujours au cœur de vos projets, vous serez surpris de voir jusqu’où il vous mènera.

1/ Vous êtes le seul à gérer votre emploi du temps

Beaucoup de personnes ont peur de créer leur propre entreprise. Avant de vous lancer, vous pouvez vous poser de nombreuses questions. Est-ce que je vais réussir ? Est-ce vraiment ma place ? Tant que vous n’essayez pas, vous ne le saurez jamais. Il est peut-être temps d’oser, de prendre le risque, n’est-ce pas là l’essence même de la foi ? La foi, c’est aussi prendre des risques. Si vous sentez que le Seigneur vous pousse à entreprendre, faites-le.

Faites votre part, priez pour votre projet, travaillez et laissez Dieu faire le reste.

Vous devez garder à l’esprit que parfois ce ne sera pas facile, mais cela ne veut pas dire que le succès est impossible. Construire une œuvre ou une entreprise prend du temps, alors ne négligez pas les fondations pour que les murs tiennent debout, vous devez aussi vous armer de patience, de persévérance et de détermination. N’oubliez pas que la patience est payante. Il existe des entrepreneurs qui ont réussi dès la première année, d’autres qui ont réussi dès la troisième année ou plus, chaque histoire est différente et si vous n’essayez pas, vous ne le saurez jamais.

L’apôtre Paul était un missionnaire mais aussi un entrepreneur, il fabriquait des tentes, il était indépendant, cela lui permettait de gérer son emploi du temps. En étant entrepreneur, vous pouvez facilement gérer votre emploi du temps, lorsque vous n’êtes pas avec vos clients, vous êtes dehors à témoigner de l’amour de Dieu.
L’argent aidait Paul à faire avancer le Royaume de Dieu. Dieu veut bénir votre entreprise afin qu’elle contribue à l’avancement du Royaume de Dieu.

2/ Vous faites ce que vous aimez…

Si vous avez la possibilité de faire ce que vous aimez comme travail, faites-le. Parfois, cela signifie créer votre propre entreprise. Vous êtes alors artisans de votre vie et vos rêves peuvent devenir réalité. L’histoire nous offre de nombreux exemples de personnes qui ont réalisé leurs rêves, comme les fondateurs de Google, Larry Page et Sergei Brin, ou Walt Disney. Vous aussi, vous pouvez réaliser vos rêves et faire ce que vous aimez. Peut-être que la seule limite à cela, c’est vous, peut-être qu’il est temps pour vous de créer votre propre entreprise……

AboSociete : l’outil par abonnement de veille concurrentielle

AboSociete : l’outil par abonnement de veille concurrentielle

AboSociete offre un nombre important d’outils et de services à destination des professionnels, leur permettant d’utiliser les données de millions d’entreprises françaises pour prendre de meilleures décisions et croitre leur activité.

 Parmi les outils proposés par AboSociete, l’outil de veille concurrentielle et d’alerte est l’un des plus populaires. Dans cet article, AboSociete explique le fonctionnement de la veille concurrentielle et l’intérêt pour tout entrepreneur d’utiliser AboSociete. Savez-vous ce que font vos concurrents ?

 Si ce n’est pas le cas, vous risquez d’être surpris. Pour garder une longueur d’avance sur vos concurrents, il est important de se tenir au courant de ce qu’ils font. C’est ce que l’on appelle la veille concurrentielle. Il peut être difficile de suivre toutes les activités de vos concurrents, mais l’effort en vaut la peine.

Dans cet article, vous apprendrez ce qu’est la veille concurrentielle et comment vous pouvez l’utiliser pour améliorer votre activité ! Qu’est-ce que la veille concurrentielle ? La veille concurrentielle (VC) désigne le processus de collecte, d’analyse et d’utilisation d’informations sur ses rivaux pour prendre des décisions commerciales.

 L’objectif de la veille concurrentielle est de donner à une entreprise un avantage sur ses concurrents en lui fournissant des informations sur leurs stratégies, leurs plans, leurs produits et leurs faiblesses.

 La veille concurrentielle peut être utilisée à diverses fins, comme l’identification de nouvelles opportunités commerciales, l’élaboration de stratégies de marketing et la détection des premiers signes de difficultés. Bien que la veille concurrentielle soit souvent associée à l’espionnage d’entreprise et aux tactiques sournoises, elle peut également être obtenue à partir de sources publiques telles que les publications commerciales, les brevets, les rapports financiers et les présentations de conférences.

 C’est exactement ce qu’AboSociete propose. AboSociete agrège les données de millions d’entreprises françaises depuis de multiples sources, publiques et privés. Dans le monde des affaires d’aujourd’hui, la veille concurrentielle est devenue un outil essentiel pour les entreprises qui veulent garder une longueur d’avance sur leurs concurrents. Les avantages de la veille concurrentielle Les avantages de la veille concurrentielle sont vastes.

 En vous tenant au courant des activités de vos concurrents, vous pouvez apprendre de nouvelles stratégies, trouver de nouvelles opportunités et garder une longueur d’avance. La veille concurrentielle peut-vous aider à améliorer votre entreprise de plusieurs façons : • Obtenir un avantage concurrentiel : Lorsque vous savez ce que font vos concurrents, vous pouvez élaborer des stratégies pour rester en avance sur eux.

  • Trouver de nouvelles opportunités : La veille concurrentielle peut-vous aider à identifier de nouveaux marchés et de nouvelles opportunités pour votre entreprise. • Éviter les surprises : En observant vos concurrents, vous pouvez vous préparer à leurs mouvements et éviter d’être pris au dépourvu.
  • Améliorez votre planification : La veille concurrentielle peut-vous aider à affiner votre plan d’affaires et prendre de meilleures décisions sur l’affectation de vos ressources. • Prenez de meilleures décisions : La veille concurrentielle fournit des informations qui peuvent vous aider à prendre de meilleures décisions concernant le développement de produits, le marketing et d’autres aspects de votre activité. •

Restez à jour : La veille concurrentielle vous aide à rester au courant des tendances et des changements de l’industrie, afin que vous puissiez adaptez votre activité en conséquence. • Économisez du temps et de l’argent : La veille concurrentielle peut-vous aider à éviter des erreurs coûteuses et à gagner du temps en vous aidant à prendre de meilleures décisions.

  • Obtenez des informations sur vos clients : La veille concurrentielle peut fournir des informations sur vos clients, y compris leurs besoins et leurs habitudes d’achat. • Améliorez votre communication : La veille concurrentielle peut-vous aider à affiner vos messages marketing et à améliorer la façon dont vous communiquez avec vos clients. AboSociete : la veille concurrentielle simplifiée Il existe de nombreuses façons de faire de la veille concurrentielle, mais les méthodes les plus efficaces combinent généralement la recherche en ligne, les entretiens et l’observation.

L’une d’elles consiste à parcourir le site Web de votre concurrent à la recherche d’indices sur ses plans et ses stratégies. Recherchez les changements ou ajouts récents sur le site, car ils peuvent révéler de nouvelles initiatives sur lesquelles ils travaillent. Vous pouvez également essayer de faire une recherche sur les sites de médias sociaux comme Twitter et LinkedIn.

 Cela peut vous aider à trouver des employés qui pourraient être disposés à partager des informations sur les plans de leur entreprise. AboSociete simplifie le processus de veille grâce à l’outil de liste de surveillance. Vous pouvez ajouter une entreprise à votre liste de surveillance en indiquant son numéro SIREN.

Les robots d’AboSociete parcours et traitent les différentes sources de données du site à la recherche de modification significative concernant les entreprises que vous surveillez. En cas de changement important, une notification vous est envoyée par email. Pour en savoir plus sur les outils proposés par AboSociete, rendez vous sur https://www.abosociete.fr  ou contactez notre service client à l’adresse contact@abosociete.fr

4 attitudes des personnes qui réussissent

4 attitudes des personnes qui réussissent

La réussite est bien sûr une question d’idées, mais aussi d’attitudes. L’esprit d’entreprise est autant une question de fond que de forme. La frontière entre le succès et l’échec est parfois floue et la position de l’entrepreneur est cruciale. Quatre attitudes peuvent l’aider à concrétiser ses projets et à surmonter les obstacles. Concentrez-vous sur ces quatre faces de la matrice du succès.

Savoir anticiper pour mieux affronter les obstacles

Créer une entreprise, c’est souvent partir de zéro et sans aucune expérience. Ce manque de bases doit être compensé par une idée quasi obsessionnelle de l’objectif visé et des moyens nécessaires pour l’atteindre.

 L’anticipation des besoins et des difficultés prévisibles apporte à la fois les réponses matérielles nécessaires et les ressources psychologiques pour surmonter les questions les plus aiguës. C’est parfois difficile, il est bon d’être préparé ! L’entrepreneuriat est suffisamment sujet à de nombreuses crises imprévisibles pour que ceux qui s’y lancent soient surpris par les obstacles intrinsèques à la démarche. L’anticipation est mère de la sérénité.

Persévérer pour ne rien regretter

Seul le résultat compte. L’entrepreneuriat est tout sauf un long fleuve tranquille. La persévérance face aux moments difficiles permet d’appréhender les situations sous de nouveaux angles et d’explorer des voies inattendues. L’important n’est pas tant le chemin emprunté que la destination.

 La persévérance, c’est savoir se réinventer, innover, contourner et accepter de pousser de nouvelles portes. Les plus illustres entrepreneurs, Henry Ford, Bill Gates ou plus près de nous Xavier Niel ont forgé leur succès dans leurs échecs initiaux. L’entrepreneuriat requiert une ouverture et une agilité d’esprit, une endurance et une motivation hors normes. En un mot, il exige de la persévérance.

Prenez soin de vous et de votre entourage

“Celui qui veut voyager loin, ménage sa monture”. Le corps et l’esprit d’un entrepreneur sont des outils de travail essentiels. Logiquement, ce sont les seuls et les tout premiers de celui qui lance son entreprise. Les surmener, c’est risquer de les voir échouer à des moments cruciaux. Il est donc nécessaire de trouver un équilibre personnel entre la vie de famille, les loisirs, le sport et la charge de travail nécessairement élevée qui vous permettra de tenir dans le temps. L’entrepreneuriat est une course de fond qui demande de l’endurance. Cette endurance se forge en respectant l’équilibre physiologique et psychologique du coureur. Une vie saine, un corps sain et un esprit sain ! Savoir préserver son principal outil de travail !

Savoir hiérarchiser les priorités

Le quotidien de l’entrepreneur se caractérise par une abondance sans précédent d’informations. Certaines de ces informations méritent une attention et une prise de décision immédiates, tandis que d’autres peuvent être de véritables pièges en termes de perte de temps. Savoir hiérarchiser les priorités, c’est, lorsque cela est possible, avoir l’art de déléguer les bonnes choses aux bonnes personnes.

Il s’agit donc de cultiver la capacité à reconnaître les sujets qui sont à votre niveau et ceux qui peuvent être gérés par un collaborateur compétent. La délégation n’est en aucun cas une négligence lorsqu’elle est bien fondée et permet, au contraire, de s’assurer de la disponibilité du manager pour les affaires importantes. Elle permet également à l’équipe de prendre des responsabilités. Pour paraphraser Danton, l’essentiel, l’essentiel encore, l’essentiel toujours !

Anticiper, persévérer, prendre soin de soi et de son entourage et savoir prioriser sont quatre attitudes fondamentales de l’entrepreneur averti. Elles ne sont pas les seuls ingrédients de la réussite, mais elles constituent un préalable indispensable à une aventure passionnante mais particulièrement exigeante. Ce sont des attitudes à cultiver et à développer pour forger la personnalité de l’entrepreneur à succès.

Financement externe : le parcours du combattant

Financement externe : le parcours du combattant

Vous avez travaillé sur votre business plan et vous avez réalisé que vous deviez renforcer votre financement. En clair, vous avez besoin de liquidités ! Même si vous avez déjà optimisé votre trésorerie interne, en relançant vos clients et en optimisant vos stocks, par exemple, cela ne suffit pas. Il vous faut maintenant trouver des ressources externes, mais vers qui vous tourner ? Quelles seront les contraintes ? Les possibilités de financement externe sont diverses : banques, investisseurs, crowdfunding, subventions et vous allez devoir faire un choix.

Comment choisir ?

Avant de vous tourner vers un type de financement particulier, vous devez vous poser la question de vos objectifs et de vos contraintes. Votre structure de bilan est-elle suffisamment bonne pour qu’un banquier s’intéresse à votre dossier ? Êtes-vous prêt à partager le pouvoir avec d’autres investisseurs ? Disposez-vous des équipes nécessaires pour préparer les documents, les dossiers à présenter aux investisseurs, aux organismes de subvention ? Ce sont autant de questions auxquelles vous devez répondre avant de rechercher des financements extérieurs. Le processus prend généralement du temps et il est donc important de choisir votre voie avant de commencer vos demandes.

La banque, ai-je droit à un prêt ?

Quoi qu’on en dise, elle est la principale source de financement des entreprises en France. Les banques continuent à prêter, même s’il est clair qu’elles prêtent difficilement par les temps qui courent. La plupart du temps, les banques ne sont pas trop préoccupées par le moyen ou le long terme. Elles sont plutôt dans le court terme, surtout depuis la convention Bâle 3, qui a été conclue après la crise de 2008. La conséquence de cette convention est que les banques sont obligées de demander plus de capital pour un même niveau de prêt. Ceci en tenant compte de la nature du prêt et du risque qu’il représente.

Deux conséquences sont donc à prendre en compte :

– les banques doivent augmenter leur capital, ce qui signifie améliorer leur marge. Leur aversion au risque est devenue encore plus grande. Elles sont donc plus exigeantes sur la qualité de l’emprunteur.
– elles prêtent surtout sur des crédits moins risqués, du point de vue de la convention de Bâle 3. Par exemple, elles ne proposent quasiment plus de prêts de trésorerie, mais favorisent systématiquement l’affacturage, car ce financement est adossé aux factures des clients.
Enfin, il est plus difficile de trouver des financements. Le prérequis est généralement une structure de bilan saine et une trésorerie interne optimisée, ce qui signifie que le besoin en fonds de roulement est bien maîtrisé. Il est également important que les entreprises entretiennent une relation de confiance de longue date avec leur banque, qu’elles la rencontrent régulièrement pour la tenir informée des évolutions.
Par ailleurs, le financement à court terme, lorsqu’il est obtenu, est plus coûteux, l’affacturage étant un mode de financement plus onéreux. Il nécessite également un investissement en temps pour pouvoir le suivre et le contrôler.

Faire appel aux investisseurs, partage du pouvoir

Malgré toutes les évolutions fiscales de ces derniers temps, il y a toujours des investisseurs. Si votre projet est bon, il peut potentiellement trouver un financement. Il existe toutes sortes d’investisseurs, et votre première démarche consiste à vous adresser à la bonne catégorie en fonction du stade de développement de votre entreprise. Si vous êtes au stade de l’amorçage, vous devez cibler le capital-risque. Si vous existez et que vous souhaitez vous développer (par exemple à l’export), vous vous intéresserez aux investisseurs spécialisés dans le capital développement. Et ainsi de suite…

Cependant, faire venir des investisseurs n’est pas anodin, car en contrepartie de leur apport, ils auront des exigences sur leur participation au capital et parfois même sur la gestion de votre entreprise ou sa stratégie… Vous ne serez plus le seul pilote à bord car vous aurez besoin de leur approbation. En d’autres termes : vous devrez rendre des comptes. L’interventionnisme des investisseurs n’est pas toujours important car ils ne cherchent pas à s’immiscer dans la gestion mais il existe. Vous devrez l’accepter avant d’envisager ce type de financement.

Si vous décidez de le faire, sachez que le processus sera long (12 mois sont souvent nécessaires). La première chose à faire est d’établir un bon plan d’affaires. C’est votre outil de “vente” auprès d’eux. Il doit être sincère, réaliste, tout en donnant envie. Le plus important est le résumé au tout début du document qui leur permet de trier rapidement les informations. L’investisseur commencera par le lire et y passera très peu de temps car il est probable qu’il recevra de nombreux business plans. S’il l’apprécie et que votre stratégie lui semble réaliste, il lira le reste, et si vous avez bien travaillé, il vous appellera.

5 choses à savoir sur la modification des statuts de votre entreprise

5 choses à savoir sur la modification des statuts de votre entreprise

Le remplacement du gérant ou certains événements liés à la vie de l’entreprise peuvent conduire à une modification des statuts. Voyons de plus près ce qu’il faut savoir sur cette opération.

La majorité des associés

La modification des statuts d’une société est décidée lors d’une assemblée générale extraordinaire avec l’accord des actionnaires ou des associés, mais le quorum varie selon la forme juridique. Une majorité qualifiée des ¾ des parts des associés présents est requise dans le cas d’une SARL constituée avant le 4 août 2005, contre 2/3 pour une SARL constituée après cette date. Pour une société anonyme (SA), il faut les 2/3 des voix des associés réunis en assemblée générale extraordinaire.

Unanimité

Certaines modifications nécessitent l’unanimité des associés ou actionnaires, notamment la modification de la nationalité d’une SA ou sa transformation en SNC. Pour cette dernière forme de société, toute modification des statuts est décidée à l’unanimité, sauf si les statuts prévoient une majorité pour certaines décisions. Le consentement de tous les commandités est également requis dans le cas d’une société en commandite.

Publication

Toute modification des informations requises pour l’immatriculation, telles que le nom de la société, sa raison sociale ou son capital, doit être publiée dans un journal d’annonces légales. L’avis d’insertion doit préciser la dénomination sociale, la forme juridique, le montant du capital, l’adresse du siège social, le numéro et le lieu d’immatriculation au registre du commerce et des sociétés (RCS), la date et le lieu de l’assemblée générale qui a décidé de la modification des statuts, ainsi que les changements intervenus. L’avis d’insertion doit être signé par le notaire qui a rédigé l’acte de modification des statuts ou le représentant légal de la société.

Le service des impôts

Certaines dispositions de l’acte de modification des statuts de la société doivent être enregistrées auprès du service des impôts. C’est le cas, par exemple, de la modification de la forme juridique de la société. L’enregistrement doit être effectué avant le dépôt de l’acte modificatif au greffe du tribunal.

Le dépôt de l’acte

L’acte modificatif établi à la suite de l’assemblée générale doit être déposé au greffe du tribunal de commerce dans un délai d’un mois. Toutefois, si la modification des statuts nécessite une inscription modificative au registre du commerce et des sociétés, une copie de l’acte accompagnée du dossier d’inscription modificative doit être déposée au Centre de formalité des entreprises. Il appartient ensuite au CFE de le transmettre au greffe du tribunal de commerce.

Qu’est-ce qu’Amazon Business ?

Qu’est-ce qu’Amazon Business ?

Amazon Business est une autre assistance destinée à répondre aux besoins d’acquisition des organisations. La recherche du meilleur article au meilleur coût, avec les meilleures conditions de paiement, est régulièrement un exercice futile et efficace pour les experts occupés. Amazon Business donne le change en offrant des avantages cruciaux aux organisations, tout bien considéré.

Comment fonctionne Amazon Business ?

Amazon Business propose de nouveaux éléments adaptés aux entreprises, tels que l’évaluation de la TVA, le paiement à la réception dans les 30 jours* et les instruments de gestion des coûts, ainsi que les évaluations attrayantes, la grande variété et la simplicité d’approvisionnement que les clients d’Amazon apprécient.

Sur Amazon Business, les marchands rivalisent d’ingéniosité pour proposer les meilleurs articles aux meilleures conditions aux clients, afin qu’ils puissent gagner du temps, réduire leurs dépenses et accroître leur utilité.

Un large choix, une évaluation sérieuse, des achats simples – Amazon Business agit sur le système d’achat en aidant les entreprises à découvrir, réfléchir et demander ce dont elles ont besoin, tout en offrant un transport rapide et fiable et des choix d’installation adaptables. C’est une rencontre que les clients d’Amazon percevront et verront immédiatement. En outre, il offre des éléments particulièrement utiles pour les acheteurs professionnels.

Instruments de direction et de contrôle : Amazon Business vous permet de prendre des mesures d’approbation des demandes en fonction de la stratégie d’achat de votre entreprise. L’assistance donne également accès à des rapports précis sur les mouvements. Enfin, il est possible de coordonner Amazon Business avec les dispositifs d’achat des cadres des organisations.

Enregistrement gratuit : L’administration d’Amazon Business est gratuite et s’adresse aux organisations ayant plusieurs acheteurs agréés. Une fois inscrits, les clients ont accès à un grand nombre d’articles dans l’index Amazon Business, où les vendeurs recherchent le meilleur arrangement. Cliquez ici