Juste après mes études en communication, j’ai commencé à travailler en free-lance. Sans filet ni garantie, j’ai fait le grand saut. Dès mon premier contrat, j’ai pris un appartement et à partir de ce moment, l’aventure a commencé et ne s’est jamais arrêtée.

1 – N’ayez pas peur du téléphone

Être disponible 24 heures sur 24 est l’une des choses qui attirent le plus l’attention du client. Souvent, vos concurrents sont bien établis et débordés. Bien sûr, ils éteignent leur téléphone le soir pour avoir une vie sociale. Mais vous êtes un travailleur indépendant, alors oubliez la vie sociale et montrez à vos clients que vous êtes prêt à tout !

Répondez, même si c’est une mauvaise nouvelle. Écoutez les messages laissés sur votre répondeur et rappelez tout de suite.

2 – Tenez-vous informé, même quand ça fait mal

Rien de pire qu’un vendeur qui dit : “oui, bien sûr, votre produit sera livré la semaine prochaine”, mais en réalité, rien ne se passe pendant des mois. Si vous savez que vous ne respecterez pas la date limite, ou si le projet comporte une surprise, dites-le à votre client. Lorsqu’il y a une erreur, vous devez communiquer !

Mieux vaut un client mécontent mais conscient qu’un client mécontent et ignorant.

Vous verrez que la plupart du temps, le client est très compréhensif.

3 – Concentrez-vous sur votre domaine

C’est le seul conseil que j’ai reçu d’un graphiste free-lance plus expérimenté avant de commencer, et je suis très heureux de l’avoir suivi. Je vois de plus en plus de gens lancer leurs boîtes. Ils proposent des événements, de la communication, du son, de la vidéo, du web, de la photo… et parfois la liste est encore longue. Mais les gens préfèrent un spécialiste concentré sur son domaine plutôt qu’un homme moyen partout. Si vous vous dispersez trop, vous risquez de décevoir et de vous lancer dans un projet sans fin qui peut vous coûter votre réputation.

Concentrez-vous sur une spécialité et donnez aux autres les contrats qui ne vous conviennent pas.

4 – Chaque client est votre futur vendeur

Votre client parlera de vous à son entourage. Réfléchissez bien à l’image que vous voulez qu’ils aient de vous. Le piège récurrent est le suivant : au début, vous travaillez pour vos amis, et vous vous dites “Allez, je la joue cool, je reste naturel, pas besoin de faire un effort dans ma robe, mes emails, le suivi de mes projets…”. A la fin du contrat, votre ami sera heureux, il aura travaillé avec un ami à lui. Mais il ne pensera jamais à vous recommander à son riche ami qui est le patron d’une grande entreprise, car l’image que vous lui avez donnée est celle d’un freelance de bas niveau.

Vous voulez vos clients, vous voulez du respect, vous ne voulez pas augmenter le prix des blagues… Bref, veillez à conserver une image professionnelle.

5 – Ne travaillez pas chez vos parents pour économiser de l’argent.

Lorsque vous travaillez en free-lance, le plus difficile est de gagner en crédibilité lors des rencontres avec vos clients. Vous devez leur montrer que vous êtes compétent, disponible, professionnel et surtout que vous ne faites pas cela en plus d’un travail chez mac do… Si vous voulez avoir de grands projets avec de gros budgets, vous devez avoir l’air professionnel et surtout que le client pourra vous faire confiance. Vous ne voulez pas être le fils à sa maman qui n’a pas encore décollé et qui ne fait pas sa lessive !

Prendre des risques fait partie du processus.

S'abonner à notre Newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Vous vous êtes enregistrés avec succès !

Share This

Partagez ceci

Partagez cet article avec vos amis !